Lieux les plus populaires : Bruxelles, Liège, Ixelles, Charleroi, Namur, Waterloo, Mons, Anvers, Louvain-la-Neuve, etc.
FR - NL
Magazine > Lire un article
INTERVIEW JEAN DUJARDIN
Publié le 30/04/2012 à 12:52
Si George valentin pouvais parler, il dirait… Oh putain, Génial, Merci, Formidable, Merci Beaucoup, I Love You !!!!! Vous aviez l’air nerveux sur le tapis rouge avant la cérémonie. Quelle a été votre réaction à l’annonce de votre victoire? J’ai eu l’impression d’être dans un rêve. C’est comme si on avait annoncé le nom de quelqu’un d’autre, comme si j’étais détaché de mon corps et que je vivais cela par l’intermédiaire d’une autre personne. Lorsque je suis monté sur la scène des Oscars et que j’ai vu toutes ces stars d’Hollywood qui me souriaient au premier rang, je n’arrivais pas à y croire. Comment avez-vous célébré cette récompense ? J’ai enchaîné les interviews, les réceptions, les fêtes… J’imagine ce que les joueurs de foot français ont ressenti après avoir gagné la Coupe du monde. C’est une expérience bizarre car on dépasse le stade de la fatigue et l’on continue comme si le temps s’était arrêté. De toute la nuit, j’ai dû dormir 20 minutes dans une voiture pour aller d’une réception à une autre. Alexandra Lamy était partout avec vous aux Oscar… Mon bonheur était d’avoir à mes côtés mon épouse qui a été un roc sur lequel j’ai pu m’appuyer durant tous ces derniers mois. Sa force, sa douceur et sa présence m’ont aidé à courir ce marathon que sont les Oscars. C’est formidable d’avoir quelqu’un avec qui partager ces moments-là. Vous semblez avoir des difficultés à parler anglais. Allez-vous prendre des cours accélérés à présent? J’ai pris des cours accélérés durant ces derniers mois avec le nombre incroyable d’interviews que j’ai dû faire en anglais. J’appréhendais chaque nouvelle question d’un journaliste car mon cerveau continue à penser en français et je cherche constamment mes mots en anglais alors que tout va très vite. Peut-on vous imaginer star à Hollywood? J’ai plusieurs projets mais je ne compte pas abandonner ma carrière en France pour Hollywood. Si l’on me propose un rôle en anglais dont je me sens capable, j’y réfléchirais. Mais ma vie et ma carrière sont dans le cinéma francophone avant tout. L’idéal serait un autre film muet, comme ça, je n’aurais aucun problème à m’exprimer (rires). «The Artist 2»? Voilà une mauvaise idée qu’il ne faut surtout pas soumettre à des producteurs américains de peur qu’ils n’acceptent (rires). Quels sont vos projets? Rentrer en France et ne rien changer à ma vie. «Les infidèles» est sorti au cinéma le 29 février alors je dois continuer mon boulot. Mais je suis un gars chanceux et je vais m’accorder un peu de repos dans les prochaines semaines. La censure américaine est très stricte sur le langage grossier à la télévision. Hors votre phrase «Oh putain» en français est passée au travers de cela. Avez-vous été réprimandé? Pas encore… mais je suis certain que je vais en entendre parler longtemps ça m’est sorti comme çà sans réfléchir. Je me suis excusé après la cérémonie. Et, à toutes les personnes qui m’ont demandé de traduire ce que j’avais dit en français, j’ai répondu «merci beaucoup à tous» (rires). Vous avez remercié vos partenaires, producteurs, l’académie des Oscars, votre épouse mais avez-vous oublié quelqu’un dans vos remerciements après votre victoire? Oui, mes parents. J’étais un enfant rêveur qui n’aimait guère l’école. Un prof m’avait surnommé «Jean de la Lune» tellement j’étais rêveur. Dans ma chambre, je m’imaginais des personnages invisibles et je jouais déjà la comédie. Cet enfant rêveur, puis l’adolescent farceur que j’étais, a trouvé son chemin. C’est à mes parents que je dois dédier mon Oscar. Avec Dujardin, « impossible » n’est pas Français. Loulou a fait du chemin depuis Brice De Nice, Bravo The Artist
Retour à la liste des articles
Articles les plus populaires du mois

A PHP Error was encountered

Severity: Warning

Message: Invalid argument supplied for foreach()

Filename: leftblocks/mag.php

Line Number: 6

Plan du site